Oméga 3 et cerveau : on entend souvent dire que DHA est conseillé pour le fonctionnement du cerveau chez les personnes âgées. Pourquoi ? Existe-il une corrélation entre oméga 3, concentration, mémoire et déclin cognitif ?

Le lien entre oméga 3 et cerveau

Les oméga 3 sont des acides gras dits essentiels pour l’homme. L’organisme n’est pas capable de les synthétiser en quantité suffisante. Ils doivent donc être apportés par l’alimentation ou par le biais de compléments alimentaires oméga 3.

DHA et cerveau

Le DHA est un acide gras polyinsaturé à longue chaîne naturellement présent dans le cerveau. La concentration en DHA est très élevée dans les régions cérébrales les plus riches en synapses et en neurones. Cet oméga 3 constitue 30% à 40% de tous les acides gras polyinsaturés dans la matière grise cérébrale. Le DHA est essentiel au bon développement du cerveau humain.

DIOMEGA+ VITALITE INTELLECTUELLE, complément alimentaire en oméga 3 et vitamines, magnésium et zinc

En effet, ce dernier est impliqué dans de multiples fonctions cérébrales (activité enzymatique au niveau des membranes des cellules, production et activité de neurotransmetteurs…). Tous ces effets tendent à favoriser la perméabilité de la membrane neuronale, l’activité des neurones mais aussi leur vitesse de réponse.

Le DHA est essentiel à tout âge mais diminue avec l’âge.

Cet oméga 3 joue un rôle dans le fonctionnement cognitif tout au long du cycle de vie, à partir de la conception jusqu’à la fin de la vie. Les concentrations en DHA augmentent progressivement à partir du dernier trimestre de la grossesse jusqu’à des niveaux records à l’âge de 2 ans. Par conséquent, les femmes enceintes doivent apporter suffisamment d’oméga 3 pour le développement optimal du cerveau de leur bébé. Les taux de DHA semblent se stabiliser plus tard dans l’enfance et à l’âge adulte. Par contre, ils tendent à diminuer au cours du vieillissement.

Oméga 3 et santé mentale

Chez les personnes ayant une déficience cognitive reconnue, cette diminution en DHA a également été relevée de manière plus prononcée. Le taux de DHA sérique, observé chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, était 60% à 70% moins élevé au niveau cérébral en comparaison avec d’autres personnes en bonne santé du même âge. Les faibles taux sériques en DHA semblent ainsi être associés à des troubles cognitifs.

Des études prospectives associaient la consommation de poissons riches en oméga 3 avec un risque moindre de développement de la maladie d’Alzheimer. Le DHA pourrait jouer un rôle dans la prévention de cette maladie et être impliqué dans la physiopathologie.

Lire notre article: Peut-on parler de traitement naturel pour Alzheimer ?

Selon la célèbre étude Framingham1, de faibles taux plasmatiques de phosphatidylcholine et de DHA seraient associés à une augmentation du risque de développer la démence.

Une méta-analyse poussée (The Cochrane Library – études entre 2006 et 2012) a examiné les effets des oméga-3 sur la prévention de la démence et des troubles cognitifs. Les résultats indiquent que les oméga-3 peuvent avoir un effet protecteur significatif contre le risque de démence et le déclin cognitif lié à l’âge. En outre, ils présentent très peu d’effets indésirables. En effet, ceux-ci se limitent à de légers troubles gastro-intestinaux.

Oméga 3 et vieillissement cérébral

Une étude scientifique, appelée MIDAS2, randomisée, en double aveugle, contre placebo a été menée sur 485 personnes aux Etats-Unis. Les participants, âgés de plus de 55 ans, souffraient de troubles de mémoire liés au vieillissement normal. Cela se traduisaient par des oublis et des difficultés d’apprentissage. Mais aucune maladie neurodégénérative telle que la maladie d’Alzheimer n’avait été diagnostiquée. Un groupe a reçu un supplément de 900 mg / jour de DHA et l’autre groupe le placebo pendant 24 semaines. Après cette période de 6 mois, le groupe supplémenté en DHA a vu une amélioration significative de ses facultés cognitives en comparaison au groupe placebo. Ses tests d’apprentissage étaient significativement améliorés. De plus, aucun effet indésirable lié à la supplémentation n’avait été enregistré. Il a été conclu que le DHA pourrait avoir des effets bénéfiques dans l’apprentissage et la mémoire dans le déclin cognitif associé à l’âge.

Oméga 3 et cerveau chez les seniors

L’ANSES3 met en avant que le DHA joue un rôle dans le fonctionnement cérébral chez le sujet adulte et au cours du vieillissement. L’agence suggère un effet positif sur le maintien de la santé mentale (dépression, démence dont maladie d’Alzheimer).

L’EFSA (Autorité Européeenne de Sécurité des Aliments) valide aussi l’intérêt nutritionnel du DHA sur le fonctionnement normal du cerveau sous réserve d’une consommation de 250 mg par jour.

En conclusion, il est clairement établi que le DHA est indispensable au bon fonctionnement du cerveau. Il est donc essentiel d’en apporter suffisamment afin de répondre aux besoins de l’organisme tout au long de sa vie.

  • Sources :
    • Javier Olivera-Pueyo, et al. Dietary supplements for cognitive impairment. Actas Esp Psiquiatr 2017;45(Suppl. 1):37-47.
    • 1- Schaefer EJ, Bongard V, Beiser AS, Lamon-Fava S, Robins SJ, Au R, et al. Plasma phosphatidylcholine docosahexaenoic acid content and risk of dementia and Alzheimer disease: the Framingham Heart Study. Arch Neurol. 2006;63:1545–50.
    • 2- Yurko-Mauro K, McCarthy D, Rom D, Nelson EB, Ryan AS, Blackwell A, et al. MIDAS investigators. Beneficial effects of docosahexaenoic acid on cognition in age-related cognitive decline. Alzheimers Dement. 2010;6(6):456–64.
    • https://www.anses.fr/fr/content/les-acides-gras-om%C3%A9ga-3

D’autres articles qui pourraient vous intéresser…

  •  
    9
    Partages
  • 9
  •  
  •