L’Homme abrite un microbiote intestinal se composant de plus de 100 000 milliards de bactéries. Cette flore intestinale est indispensable à l’être humain pour son bon fonctionnement mais aussi pour se protéger des agents pathogènes. Certains facteurs ont un impact sur l’équilibre de ce microbiote (alimentation, anxiété,…). Récemment, une étude a mis en avant l’intérêt des oméga 3 sur l’abondance des bonnes bactéries dans l’intestin.

Les bénéfices du microbiote intestinal sur notre santé

Notre tube digestif est colonisé par plus de 800 à 1000 espèces de bactéries différentes chez l’adulte. Chaque individu possède sa propre flore intestinale. En effet, elle se définie dès la naissance au moment de l’accouchement (voie basse ou césarienne). Mais la diversité et l’équilibre de cette flore restent essentiels tout au long de notre vie. En effet, la relation entre le microbiote intestinal et son hôte joue un rôle clé dans de nombreux paramètres au sein de notre organisme :

  • maturité du système immunitaire
  • digestion des aliments
  • métabolisme des médicaments
  • détoxification
  • production de vitamines
  • effet barrière contre les bactéries pathogènes

Les facteurs influents

La composition du microbiote est influencée par de multiples facteurs tels que l’antibiothérapie, l’exposition environnementale aux microorganismes, la vieillesse mais aussi l’alimentation.

L’équilibre et la diversité du microbiote intestinal sont maintenus notamment grâce à des aliments appelés prébiotiques. En fait, ce sont des aliments non digestibles ou encore des fibres. Ils constituent des substrats des probiotiques. Ainsi, ils soutiennent spécifiquement le développement et /ou l’activité de bonnes bactéries qui colonisent le tractus gastro-intestinal et sont donc favorables à notre santé. On parle d’une relation symbiotique entre les prébiotiques et les probiotiques. Les deux prébiotiques les plus fréquents sont l’inuline, un extrait de la racine de chicorée, et les FOS (Fructo-Oligo-Saccharides). Certains aliments contiennent naturellement des prébiotiques tels que l’ail, les oignons, les asperges, les artichauts, les bananes, le blé et le seigle.

Une alimentation riche en fibres joue favorablement sur l’équilibre de la flore. De plus, récemment une étude a mis en évidence que les oméga-3 influenceraient favorablement le maintien du microbiote intestinal.

Relation entre oméga 3 et microbiote intestinal

Une étude réalisée récemment au Royaume-Uni au sein de la School of Medicine de Nottingham a permis d’étudier les liens entre les oméga-3, la diversité et la composition du microbiote intestinal. Les travaux ont été menés auprès de 876 femmes d’âge moyen et d’un âge plus avancé. Leur consommation en oméga 3 a été estimée à partir de questionnaires de fréquence alimentaire. Puis, leur microbiote intestinal et leur taux sanguin en oméga 3 ont été analysés afin d’étudier si ces AGPI ont un impact sur la flore intestinale.

Il s’avère que les femmes qui consommaient plus d’oméga-3 avec des taux sériques plus élevés avaient un microbiote intestinal plus diversifié. De plus, ces sujets présentaient un risque plus réduit de diabète, d’obésité et de maladies intestinales inflammatoires comme la colite ou la maladie de Crohn.

En conclusion, consommer des oméga-3 dans le cadre d’une alimentation saine riche en fibres et en probiotiques pourrait favoriser la diversité du microbiome intestinal. Ces données suggèrent l’utilisation potentielle de la supplémentation en oméga-3 pour améliorer la composition du microbiote. Cependant, aujourd’hui, ces bénéfices ne sont pas encore suffisamment établis.

 

Associez Oméga 3 et ferments lactiques grâce à un système de double capsules qui préserve les actifs avec DIOMEGA+ FERMENT LACTIQUE

 

 

 

 

 

Références :

  • http://www.inra.fr/Grand-public/Alimentation-et-sante/Toutes-les-actualites/Fibres-alimentaires-et-microbiote-intestinal
  • Gut microbiota richness promotes its stability upon increased dietary fibre intake in healthy adults. Julien Tap, Jean-Pierre Furet, Martine Bensaada, Catherine Philippe, Hubert Roth, Sylvie Rabot, Omar Lakhdari, Vincent Lombard, Bernard Henrissat, Gérard Corthier, Eric Fontaine, Joël Doré et Marion Leclerc – Environmental Microbiology, en ligne le 3 septembre 2015. DOI: 10.1111/1462-2920.13006
  • Cristina Menni, Jonas Zierer, Tess Pallister, Matthew A. Jackson, Tao Long, Robert P. Mohney, Claire J. Steves, Tim D. Spector & Ana M. Valdes. Omega-3 fatty acids correlate with gut microbiome diversity and production of N-carbamylglutamate in middle aged and elderly women. Scientific Reports ; 7: 11079 (2017).
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •